Joomfish System Plugin not enabled

Témoignages

Galien Trang, 25 ans, étudiant en ostéopathie, Montréal.
Pratiquant depuis 10 ans, instructeur, niveau ceinture rouge.

« À l'origine, j'avais simplement décidé d'explorer cet art par curiosité, pour me changer les idées; et me voilà maintenant instructeur en train partager ma passion avec vous!

Si vous cherchez à développer votre condition physique et votre santé, à apprendre une technique d'autodéfense efficace, à vivre une expérience humaine enrichissante grâce à une belle philosophie dans le but de devenir une meilleure personne, ou même à entreprendre un cheminement à long terme dans une école sérieuse, vous êtes au bon endroit. »


Jonathan Létourneau, 22 ans, étudiant, Montréal.
Pratiquant depuis 8 mois, niveau ceinture noire.

« Lorsque je suis entré au kung fu, j'avais des transpirations excessives ainsi que des blessures aux deux genoux. Au bout de quelques mois, mes blessures étaient complètement disparues et j'avais acquis une plus grande endurance qu'à mes débuts.

Le kung fu par sa philosophie m'a également donné plus de confiance en moi et plus d'ambition pour réaliser des projets qu'autrefois j'avais tendance à laisser en suspens ou à remettre à plus tard.
Cet art ancien n'a pas fini de m'en apprendre. »


Sarah Dubé, 22 ans, artiste animatrice, Montréal.
Pratiquante depuis 2 ans, niveau ceinture noire, 2e dan.

« Je n'aurais jamais cru pouvoir un jour me sentir à l'aise dans une situation d'agression, ou même de confrontation physique mais à présent, je me sens beaucoup plus en confiance grâce à la pratique; j'ai même pris goût à faire des échanges de techniques!

Les gens ici sont très aimables, il y règne une belle ambiance, et les instructeurs sont très respectueux du niveau de chacun. On y apprend vraiment à se surpasser, mais à son propre rythme. »


Malcolm Saint-Pierre, 55 ans, agent de recherche, Gouvernement du Québec, Montréal.
Pratiquant depuis 6 ans, niveau ceinture noire 2e dan.

« La pratique du kung fu m'a permis de corriger ma posture, ainsi qu'à maintenir une bonne condition physique. L'aspect préventif de la pratique m'évite d'avoir mal au dos.

De plus, le kung fu associe pratique et philosophie, et procure une vision harmonieuse de l'univers et des rapports entre les êtres humains. Cette façon de penser est différente du mode de fonctionnement occidental, et bénéfique à bien des niveaux. »


Karl Lambert, 26 ans, policier, montréal.
Pratiquant depuis 8 ans, instructeur, niveau ceinture rouge.

« Ce qui fait la différence à l'École Shaolin Wing Chun Nam Anh Kung Fu, c'est l'application d'une ligne directrice, une philosophie qui guide le pratiquant dans son cheminement.

D'abord le pratiquant apprend à vaincre ses faiblesses, par la maîtrise des techniques ainsi que des émotions; ensuite il doit appliquer une philosophie d'altruisme et d'ouverture aux autres, donc apprendre à aimer les autres. Et finalement, grâce à ces outils et son attitude, il peut commencer à vraiment aider les gens qui l'entourent. C'est ça qu'on appelle la voie du kung fu : vaincre, aimer, aider.

Pour choisir une bonne école d'arts martiaux, regardez deux choses; premièrement, la philosophie enseignée, et ensuite, la compétence en combat des pratiquants. Personnellement, j'ai trouvé les deux à cette école. »


Cao Minh Do, 24 ans, étudiant en dentisterie, montréal.
Pratiquant depuis 12 ans, instructeur, niveau ceinture rouge.

«Je pratique le kung fu depuis que je suis tout jeune, et ça m'a donné de nombreux outils pour réussir dans la vie.

À travers la pratique et l'enseignement des arts martiaux j'ai pu développer un bon sens des responsabilités, une réputation de fiabilité, la discipline nécessaire à l'accomplissement de mes tâches ainsi que la détermination d'entreprendre mes projets et la persévérance de les mener à bout.»