Kung Fu

Originalement le mot Kung Fu signifie « un art qu’on ne peut maîtriser qu’en pratiquant constamment avec persévérance ». Toutefois de nos jours, il désigne l’ensemble des arts martiaux chinois. Sa pratique implique à la fois l’apprentissage de techniques et l’étude de notions philosophiques orientales afin que cette connaissance martiale soit utilisée à bon escient et non de façon abusive ou arbitraire. Ainsi le Kung Fu ne se réduit pas à une simple technique de combat car il vise une transformation en profondeur de la personne afin d’harmoniser le corps et l’esprit comme le veut l’adage populaire « Un corps sain dans un esprit sain ». Le Kung Fu est un cheminement personnel guidé et accessible à tous peu importe votre âge et votre condition physique.

La définition du Kung Fu

Le Kung Fu est un art martial chinois. L’expression «Kung Fu» signifie: «discipline qu’on ne peut maîtriser qu’à force de s’exercer constamment avec persévérance».

Le but du Kung Fu

Le Kung Fu vise le développement total  de l’être humain au niveau physique, énergétique et spirituel. Entre autres, il contribue à la revitalisation de l’organisme, ralentit le vieillissement et corrige les défauts physiques et autres.

Comprendre le Kung Fu par son histoire

Sous l’influence des pensées philosophiques bouddhistes, taoïstes et confucianistes, deux grandes Écoles virent le jour en Chine : l’École Shaolin et l’École Wu Tang.

Le système Shaolin est dit externe car ses techniques proviennent de l’extérieur de la Chine.

Au 5e siècle après J.-C., Bodhidharma, un érudit Indien et moine bouddhiste se rendit en Chine pour y répandre la philosophie bouddhiste. C’est en visitant le temple Shaolin qu’il constata que la piètre santé des moines ne leur permettait pas d’élever leur conscience et d’atteindre l’Illumination. Consterné, il se retira dans une grotte et médita pendant neuf années. Il revint au temple avec trois livres traitant des trois aspects de l’être humain : les corps physiques, énergétique et mental.

Le système Wu Tang est dit interne car il est le produit de la synthèse des systèmes martiaux chinois existants à l’époque. Un mythe remontant loin dans l’histoire prétend qu’un mystérieux moine taoïste errant, Zhang San Feng de passage dans leur village, leur aurait confié tous les secrets de son art.  Selon la légende, Zhang San Feng est un moine taoïste chinois du mont Wutang ayant atteint l’immortalité. Il serait le fondateur de l’art du Tai Chi Chuan autour de 1270 après J.-C.