La propagation du Pak Mei

Histoire

Fin de l'École Shaolin Orthodoxe

Dans le chaos qui suit, une lutte sanglante fait rage entre pratiquants d'obédiences philosophiques et d'origines différentes. Les guerres intestines et règlements de comptes se perpétuent pendant de nombreuses années. On relate par exemple que le mandarin Phong Sui Yung, petit-fils du Grand Maître Mieu Hien (un des Cinq Invincibles), tua en défi un certain Loi Lao Ho. Celui-ci était le gendre de Ly Ba Son, élève du Grand Maître Pak Mei. Ce genre d'événement contribua à mettre un terme définitif à l'École Shaolin Orthodoxe. C'est d'ailleurs précisément à cette période que le Wing Chun se développa, en ajustement au Pak Mei.

Par la suite, l’histoire raconte que le Grand Maître fondateur Pak Mei conserva une alliance avec le pouvoir mandchou, qui lui permit de continuer sa pratique, à condition que son École ne forme que des moines et qu’elle reste secrète. Vis-à-vis du temple Shaolin, le Grand Maître Pak Mei était en effet considéré comme un traître au service d'une puissance étrangère.

L’histoire du Grand Maître Pak Mei est sans aucun doute une des histoires les plus controversées du 18e siècle. Encore aujourd’hui, elle démontre une grande divergence avec plusieurs écrits relatés à l’époque, en particulier ceux écrits sous le règne de l’empereur Qianlong de la dynastie des Qing, menant à douter de la véracité de l’information véhiculée à l’époque. Comme le dit le dicton, « L’histoire est écrite par les vainqueurs ».

Le Grand Maître Cheung Lai Chuen

Le Grand Maître dirigeant de la deuxième génération est Quang Hue, un bonze; ses élèves éventuels sont inconnus.

Au XIXe siècle, le Grand Maître dirigeant de la troisième génération de l'École Pak Mei est Chuk Fat Van. Il enseigna à plusieurs élèves, dont le moine Lien Sanh, et plus particulièrement au Grand Maître Cheung Lai Chuen, premier "non-moine" (laïque) à apprendre le style.

Au terme des dix années d'entraînement aux côtés du Grand Maître Chuk Fat Van, le Grand Maître Cheung Lai Chuen acquiert une grande renommée. Connu sous le nom de " Roi des Sept Provinces ", il enseigna dans l'École Militaire du Dr. Sun Yat Sen, héros de la Chine et fondateur du parti nationaliste chinois, le Kuomintang, formant ainsi plus de 120 maîtres. En 1949, il émigra à Hong Kong, où, jusqu'à sa mort, il continua à enseigner. Durant sa longue vie, il ouvrit plus de 20 Écoles en Chine, souvent en défaisant des maîtres et en intégrant leurs Écoles à la sienne.

Le Grand Maître Tang Hue Bac

Le douzième maître formé par le propagateur Cheung Lai Chuen fut le Grand Maître Tang Hue Bac (Tang Khaï Minh de son nom d'origine), Maître en Choy Lee Fut. Comme il se doit, c'est après avoir été battu en duel, que le Grand Maître Tang Hue Bac devint le fidèle disciple du Grand Maître Cheung Lai Chuen. Après plusieurs années passées à ses côtés, Grand Maître Tang Hue Bac émigra au Vietnam, à Cholon, le quartier chinois de Saïgon (Ho-Chi-Minh-Ville). Il y enseigna le Pak Mei, uniquement au sein de la communauté chinoise. Il eut de nombreux élèves dont : Lu Dieu Phan, Trieu Di Van, Lam Tuong, Huynh Chieu, Tang Bi Duc, Quan Hung, Huyen Lu Can, Hoang Qui Nam, Luc Tho Nhu, Ly Cam Truong, Au Kiet Chi, Diep Quoc Luong (Tai Chek Cam) et Lu Ping Woon.

Le Grand Maître Nam Anh

C’est le Grand Maître Lu Ping Woon, médecin de formation, qui était présent au lit de mort de Tang Hue Bac. Lui incomba ainsi de faire perdurer la tradition du Pak Mei au Vietnam. Il s’acquitta de cette tâche jusqu’à sa mort, en 1997.

À l’époque, le Grand Maître Nam Anh faisait partie de la très réputée Académie d’Arts Martiaux Ching Woo au Vietnam, la plus grande succursale en Asie. Grâce à un geste empreint d’humanité envers le fils du Grand Maître Chong Wai Bac (Chong Bi Tac, le maître aveugle), il fut introduit au Grand Maître dirigeant de l’École Pak Mei orthodoxe, Loo Ping Woon. Il est intéressant de préciser que le Grand Maître Nam Anh fut le premier élève "non-chinois" du Grand Maître Lu Ping Woon, dû à cet accomplissement des plus insolites. De 1979 à 1986, il compléta ainsi sa connaissance des deux grands styles rivaux du Sud.

Le 22 mai 1986, un jour avant le départ du Grand Maître Nam Anh vers l’Amérique, le Grand Maître Lu Ping Woon lui légua la dernière forme de Pak Mei. Suite à sa demande, le neveu du Grand Maître Nam Anh, âgé à l’époque de 11 ans, fût introduit pour la première et dernière fois au Grand Maître Lu Ping Woon, qui accepta de lui enseigner cette dernière forme afin de l’initier et l’encourager dans la voie martiale.

En 1997, suite à la mort du Grand Maître Loo Ping Woon, le Grand Maître Nam Anh devint à la fois Grand Maître dirigeant de l’École Wing Chun orthodoxe et Grand Maître dirigeant de l’École Pak Mei de la lignée Lu Ping Woon, pouvant ainsi réconcilier les deux Écoles belligérantes au Vietnam, au bénéfice de tous leurs pratiquants.

Partagez cette histoire