Histoire de Fong Sai Yuk

Récit

Petit fils du Grand Maître Mieu Hien, Fong Sai Yuk a eu le privilège de recevoir dès sa plus tendre enfance un traitement spécial de sa mère. Il eut accès à des potions secrètes normalement accessibles seulement aux pratiquants d’art martiaux, il put ainsi renforcer ses os, muscles et tendons de telle sorte qu’à l’âge de 15 ans, il avait acquis prématurément une stature et une force impressionnante. Par ailleurs, il était arrogant et indiscipliné. Sa mère était donc totalement incapable d’exercer une quelconque autorité sur celui-ci. Issu d’un milieu social aisé, de père riche marchand âgé, il se croyait tout permis vu la position sociale de sa famille. Ce Fong Sai Yuk s'amusait même à défier des grands maîtres et en sortait toujours victorieux grâce aux techniques que sa mère lui avait enseignées.

Un jour alors qu’il était en punition dans sa chambre un grand maître nommé « l'Oeil du Tigre » se présenta à Fung Sang, village de Chine ou résidait le jeune Fong Sai Yuk. Comme le voulait la coutume ce grand maître se présentait afin de défier les habitants et devenir le seul à posséder une école de Kung Fu dans le village. Il érigea donc un ring avec des murs de deux mètres de hauteur, des banderoles sur chaque côté où on apercevait son style Pak Mei de même que son mandat. Sur une autre enseigne, un message fort prétentieux, mais clair, donnait aux Maîtres du village jusqu'au lendemain à 15h00 pour le vaincre sans quoi il serait vainqueur et imposerait son école.

Le lendemain, vers midi, Fong Sai Yuk fut informé que plusieurs Maîtres avaient échoué en voulant relever le défi. Ce dernier s'enfuit de sa chambre en prenant soin de placer une assiette de céramique sous son chandail. Arrivé sur les lieux, il franchit la barrière de deux mètres d’un seul bond pour défier en duel le grand maître étranger, qui se mit à rire à la vue de cet enfant, ne le prenant évidemment pas au sérieux. Fong Sai Yuk se montra alors des plus provoquant afin que le grand maître accepte la confrontation.

Le combat commença et c'est en feignant d'être surpassé par les attaques oppressantes de Fong Sai Yuk que « l'Oeil du Tigre » put placer le coup de pied redoutable qu'est la "queue du tigre". Fong Sai Yuk fut alors projeté à l'extérieur du ring et l'assiette de céramique cachée sous ses vêtements tomba en miettes au sol. À la grande surprise de « l'Oeil du Tigre, » le jeune revint rapidement dans le ring en sautant de nouveau et poursuivit avec des attaques féroces. C'est alors qu'il parvint à blesser son rival avec un couteau dissimulé dans son soulier; il avait par cet odieux subterfuge éviscéré « l'œil du tigre ».

L’épouse du maître décédé en raison de cet acte déloyal sauta dans l’arène pour défier le jeune Fong Sai Yuk dans un combat qui se déroulerait dès le lendemain afin de venger son mari. Le jeune homme accepta l’invitation avec insouciance sans connaître l’identité de son adversaire. Mais malheureusement pour lui, cette femme était la fille du Grand Maître Fong Dao Duc. La mère de Fong Sai Yuk, ne pouvant supporter l'idée de perdre son fils, implora la femme de l’épargner et choisit de combattre à sa place. Le combat dura des heures et c'est Ung Mui, elle-même une des cinq invincibles, qui l'arrêta. Plus tard, cependant, la bonzesse tua Fong Sai Yuk pour le punir de ses actes qui avait ébranlé la communauté des arts martiaux déjà ciblée par les autorités Qing.

Bien sûr de tels comportements étaient source de désordre dans la société. C’est pourquoi l’Empereur Qianlung responsable de la destruction du temple de Shaolin ordonna ce massacre. Selon lui les arts martiaux étaient source de pagaille et de rébellion dans la société.

Pierre-François Flores (Nam Ngu)
ceinture rouge 4e dan

Malcolm St-Pierre
ceinture rouge

Partagez cette histoire