Le déclin du Kung Fu traditionnel

Récit

À la une des réseaux sociaux circulent des nouvelles du combat entre "le Maître de Tai Chi Wei Lei" et le pratiquant MMA Xu Xiao Dong. L'issue de cet échange fait ressortir le malaise et l'indignation dans la communauté des arts martiaux chinois.

En seulement 10 secondes, le Maître de Tai Chi, qui se nomme le tonnerre, tombe ironiquement comme un éclair face à l'assaut de Xu.
Suite à ce combat, les déclarations du gagnant furent choquantes avec des demi-vérités et du sophisme. Par contre, cet évènement n'est pas un cas isolé. En voici quelques exemples.

Il y a quelques années, nous avons vu un Grand Maître de Karaté au Japon qui faisait tomber ses élèves à distance dans ses démonstrations. Par la suite, il tombe face à un autre MMA qui l'achève en quelques coups sans même bloquer ou répondre aux attaques.

De plus, un Tại Chi Master défie un MMA en prétendant qu'il est capable de bloquer ses coups avec l'énergie tout en restant à genoux devant son adversaire. Le résultat fut le même, il absorbe les coups au visage en gesticulant ses mains pour créer une sorte de bouclier invisible mais tombe dans le farfelutisme et encaisse une bonne raclée.

Tout récemment, un'' Maître connu'' donne des électrochocs à ses étudiants qui réagissent d'une manière ridicule. Cette démonstration frôle la comédie digne d'un film de Stephen Chow.

Ces techniques qui touchent l'énergie et permettent de faire des exploits sensationnels existent. C'est basé sur une science millénaire qui met l'accent sur l'énergie humaine composée de trois corps (physique, énergétique et mentale).

L'étude du corps énergétique touche le 2e niveau du Kung Fu. Pour atteindre ce niveau, il y a des conditions à respecter soit mener une vie saine & sans tracas, ainsi que suivre une pratique assidue et rigoureuse qui doit être supervisée par un Maître compétant. D'ailleurs, quand l'adepte est arrivé à ce niveau, la conception du moi va vers la disparition de l’égo, donc il n'y a pas d'intérêt de montrer ou se venter puisque ça va à l'encontre des principes de la Voie martiale.

Malheureusement, les comédiens martiaux sont répandus comme un cancer ayant atteint des niveaux absurdes. Même les ancêtres se retourneraient dans leur tombe s'ils voyaient leur héritage bafoué par tous ces nouveaux maîtres. Ainsi, la problématique des faux Maîtres et des usurpateurs est un fléau, mais la montée du MMA met les pendules à l'heure contre les charlatans et imposteurs. Car le MMA est un style plus efficace qu'artistique, soit un mélange de Muay-Tai, Jiu-Jitsu, Judo. Ces adeptes vont très vite à l'expérience du combat sans avoir passé aux formes, armes et philosophies comme les écoles traditionnelles le font.

Ce sport moderne de combat sonne en même temps la cloche pour les écoles traditionnelles. Depuis trop longtemps, elles sont assisent sur leur glorieux passé et ont laissé de côté la pratique des combats pour sombrer dans le préconçu, le sensationnel et la cinématique youtuber.

Voici un dicton qui exprime bien la situation " mille théories ne valent pas une pratique" ou cette phrase de Bruce Lee qui dit "le Kung Fu sans combat est une danse désespérée ".

Le Kung Fu est un système de combat complet et efficace qui doit être enseigné par des Maîtres compétents et certifiés.

Mais comme tout métier qui touche le domaine public pour être reconnu et accepté, l'obtention d'un diplôme est primordiale.

À titre d'exemple, un médecin doit être approuvé par l'ordre des médecins et un avocat accepté par le barreau. On ne peut pas s'autoproclamer médecin ou avocat et commencer à recevoir des clients et des patients. Ce serait illégal et dangereux.
Ce n'est pas le cas dans les arts martiaux d'aujourd'hui. La montée des soi-disant Maîtres apparut comme des champignons dans un jardin qu'autrefois furent remplies de belles fleurs.

Nous sommes loin de l'époque de la descente de la montagne des moines. Ceux qui sortaient du temple devaient passer à travers plusieurs épreuves comme celle de la dernière chambre noire avec les 72 mannequins de bois. Il y avait aussi celle du grand chaudron ardent qui devait être soulevé avec les avant-bras et qui marquait le moine d'un tigre sur son bras droit et d'un dragon sur l'autre. De cette façon, il n'y avait aucun doute quant au passage du niveau et le talent.

Aujourd'hui, les questions qu'on doit se poser sont: Où sont le sceau et l'épée qui certifient la compétence des Maîtres? Où sont les cérémonies de thé qui confirment le niveau et le mandat ? Où sont les diplômes qui certifient la compétence de celui qui enseigne donné par son Maître?

Beaucoup cachent leur passé, l'invente ou simplement n'ont pas de passé.

Voilà les questions et l'introspection à se faire!
Comme mon Maître me l'a enseigné: " le passé justifie le présent et le présent est garant de l'avenir.

C'est ma conscience professionnelle ainsi que mon amour pour le Kung Fu traditionnel qui m'incite à écrire pour l'avenir. Gardons ce patrimoine culturel fidèle à ses origines pour qu'il puisse être transmis de manière intègre aux prochaines générations.

Sincèrement,

Nam Ngu
Pierre-François Flores
Pak Mei Orthodoxe

Partagez cette histoire